Home / CULTURE  / Pourquoi les filles réussissent-elles mieux à l’école ?

Pourquoi les filles réussissent-elles mieux à l’école ?

Les FILLES sont excellentes à l'école

Pourquoi les filles réussissent mieux à l'école

Depuis quelques années, les évaluations scolaires comparatives entre filles et garçons vont toutes dans le même sens : celui de meilleures performances scolaires pour les premières que pour les seconds. L’Insee vient de réaliser une enquête synthétique sur le sujet qui, outre l’analyse des résultats, livre quelques clés pour comprendre ce phénomène.

Côté résultats, le constat n’est, il est vrai, plus guère discutable. Statistiquement, les filles sont meilleures à tous les niveaux du cursus primaire et secondaire ; 53 % d’entre elles arrivent en seconde à 15 ans contre 47 % des garçons qui, d’une manière générale, redoublent davantage. Dans l’enquête internationale de l’OCDE (réalisée en 2000), les jeunes Françaises sont 10 % à attester de difficultés en lecture contre le double de garçons (le même écart est d’ailleurs observé dans les autres pays). Ceux-ci gardent toutefois une légère supériorité en mathématiques, alors que l’égalité est obtenue entre les deux sexes dans l’épreuve « culture scientifique » (sciences de la vie, de la terre, santé, technologie). Mais ne serait-ce pas les compétences littéraires des filles qui leur valent ces bons résultats ? L’enquête montre en effet que dans la compréhension de l’écrit elles dépassent les garçons de 11 points lorsqu’il s’agit de « s’informer », de 17 points pour la compétence « interpréter », et de 29 points pour la compétence « réagir ». En général, elles préfèrent les questions sollicitant une réponse développée alors que les garçons sont plus à l’aise sur des réponses courtes portant par exemple sur un tableau ou un graphique.

Outre le fait que les filles lisent plus que les garçons, leur comportement scolaire pourrait aussi expliquer ces écarts de résultats : moins souvent absentes ou en retard aux cours, les filles sont aussi moins nombreuses à déclarer « s’ennuyer » en classe (29 % contre 38 % pour les garçons). Et enfin, leurs projets professionnels sont plus ambitieux : à 15 ans, 48 % d’entre elles (38 % de garçons) souhaitent exercer « une profession intellectuelle, scientifique ou de direction ».

 

 

REFERENCES

Zohor Djider et Fabrice Murat, « Motivation et performances scolaires : les filles creusent l’écart » Insee première, n° 886, mars 2003.

 

venicia.guinot@tropics-magazine.com

Review overview
NO COMMENTS

POST A COMMENT