Home / PEOPLE  / Cérémonie de la « Femme francophone entrepreneure »

Cérémonie de la « Femme francophone entrepreneure »

Le Liban accueille Michaelle Jean

Michaelle Jean

La cérémonie de remise des prix de la « Femme francophone entrepreneure 2016 », hier, à l’USJ, a été l’occasion de mettre en avant le rôle des femmes dans l’innovation.

« C’est par le travail que la femme a en grande partie franchi la distance qui la séparait du mâle ; c’est le travail qui peut seul lui garantir une liberté concrète »… Citant Simone de Beauvoir, le PDG de l’incubateur Berytech, Maroun Chammas, a donné le ton de la remise des prix, hier, de la 5e édition de la compétition « Femme francophone entrepreneure » (FFE). Lancé en 2011 pour valoriser le rôle des femmes libanaises dans l’entrepreneuriat, tout en promouvant la francophonie, le prix FFE est organisé tous les ans par l’Agence universitaire francophone (AUF) et Berytech, en partenariat avec L’Orient-Le Jour et Le Commerce du Levant. Et cette année, les deux lauréates Saria Hanna avec Wonderfull et Maria Lati avec Jasmine & Roses (voir encadré) ont eu « la chance de recevoir leurs prix des mains mêmes de la secrétaire générale de la Francophonie, Michaëlle Jean, en visite officielle au Liban », s’est réjoui Hervé Sabourin, directeur du bureau Moyen-Orient de l’AUF.

Mme Jean n’a pas manqué de souligner le rôle de la francophonie dans le développement économique. « La Francophonie économique, c’est un marché de près de 800 millions de personnes, a-t-elle souligné. Des portails et des débouchés stratégiques sur les cinq continents. Un vaste réservoir de ressources humaines de grande qualité et de grande volonté, notamment des jeunes et des femmes qui sont des forces vives incontournables », a-t-elle plaidé, avant de mettre l’accent sur le potentiel des femmes dans la stimulation de l’activité économique. « Selon plusieurs rapports internationaux, la prospérité de l’économie mondiale est aujourd’hui entre les mains des femmes. Car une diminution de 50 % des inégalités hommes-femmes pourrait contribuer à une croissance économique mondiale d’environ 12 % », a poursuivi Mme Jean. De son côté, le ministre de l’Économie, Alain Hakim, a affirmé que « les femmes créent aujourd’hui deux fois plus d’entreprises que les hommes à l’échelle mondiale, représentent 51 % de la richesse globale et contrôlent 70 % des dépenses des ménages ».

 

Les lauréates du prix FFE
La 5e édition du prix Femme francophone entrepreneure a consacré « pour la première fois distinctement un prix pour la catégorie »idée » et un autre à la catégorie « start-up » », explique à L’Orient-Le Jour Nathalie Bitar, chargée de projet à l’Agence universitaire francophone, qui a reçu 60 candidatures cette année. « L’AUF va verser une récompense de 10 000 euros pour chaque lauréate », précise Mme Bitar.
Le prix de la catégorie « idée » a été remporté par le projet « Jasmine & Rose » de Maria Lati (décoration florale pour balcon, à commander en ligne). Quant au prix de la catégorie « start-up », il a été décerné au projet Wonderfull, de Saria Hanna (coffrets cadeau immatériel à offrir).
Les deux autres finalistes, Audrey Nakad avec Synkers (tutoriat pour étudiants) et Tanya Atallah avec Fine Art Photography Academy (école de photographie) dans la catégorie « start-up », recevront chacune un prix de 5 000 dollars de Berytech.

 

 

Video >> Les femmes francophones à l’assaut de l’entrepreneuriat

 

Ecrit par Kenza Ouazzani.

 

 

hello@tropics-magazine.com

Review overview
NO COMMENTS

POST A COMMENT